0
fr
US
Livraison Gratuite dès $25
× Supersmart S'informer par question de santé Nouveaux articles Articles populaires Visiter notre boutique Mon compte Smart Prescription Blog Videos Programme de fidélisation Langue: Français
Minceur et Gestion du poids Guides et tutoriels

3 types de métabolismes : quel est le vôtre ? Comment l’optimiser ?

À quel morphotype appartenez-vous, selon le classement de William Sheldon ? Et quel métabolisme en découle ? En fonction de votre catégorie, découvrez comment prendre du poids, vous stabiliser ou perdre du poids.
Ectormorphe, endormorphe et mésomorphe
William Sheldon a mis au point 3 morphotypes, chacun dotés de leur propre métabolisme.
Rédaction Supersmart.
2022-09-06Commentaires (0)

Métabolismes et morphotypes selon William Sheldon

La classification des différents types de métabolismes qui va suivre est directement inspirée de la classification des morphotypes de William Sheldon, médecin américain de la première moitié du 20ème siècle dont les travaux ont connu un retentissement considérable.

Ce dernier supposait en effet que chaque individu était déterminé biologiquement avant même sa naissance, d’où une classification dont les termes sont empruntés à l’embryologie. Pour William Sheldon, en gros (1) :

Mais William Sheldon ne s’arrête pas là : pour lui, ces morphotypes, également appelés somatotypes, sont associés à des caractéristiques comportementales. Ainsi :

Cette théorie n’est d’ailleurs pas sans évoquer la théorie ayurvédique des 3 doshas : vata (qui correspondrait à l’ectomorphe), pitta (qui correspondrait au mésomorphe) et kapha (qui correspondrait à l’endormorphe), cf. notre article blog sur ces 3 doshas.

Métabolismes : attention au déterminisme !

L’ensemble de la théorie de William Sheldon a globalement été rejeté depuis. D’une part, il est désormais admis que l’aspect comportemental et psychologisant de la classification de Sheldon est absurde ; plus personne ne s’appuie dessus (2-3).

D’autre part, des travaux plus récents ont démontré que, tout au long de la vie, chaque individu se positionne en réalité sur un continuum entre différents morphotypes, en fonction de sa masse musculaire, de sa masse grasse, de son niveau de stress, etc. (4)

Il convient donc de garder en tête qu’il n’y a aucun déterminisme et qu’il existe bel et bien des méthodes pour optimiser son métabolisme, favoriser sa prise de muscle ou sa perte de gras, stabiliser son poids et améliorer sa gestion du stress.

Ces méthodes s’appuient à la fois sur la pratique sportive, sur l’alimentation, sur la méditation ou le suivi psychologique et sur des compléments alimentaires sélectionnés.

Les métabolismes ectomorphes

Selon la classification des morphotypes de William Sheldon, un individu ectomorphe est fin, mince et peu musclé.

Même en admettant que la théorie de Sheldon est caduque, il est indéniable que cette description correspond à une réalité applicable à de nombreux individus.

Toutefois, le problème survient quand on a un physique ectomorphe et le métabolisme qui va avec : malgré de nombreux efforts pour grossir ou prendre du muscle, on n’y arrive pas.

Cela peut signifier plusieurs choses :

Attention : en pratiquant de la musculation, vous allez augmenter votre masse musculaire et donc votre métabolisme. Il faudra donc augmenter les apports caloriques en conséquence pour continuer à grossir et prendre de la masse.

Les métabolismes mésomorphes

Dans la classification de William Sheldon comme dans la vraie vie, les individus ayant un morphotype mésomorphe sont les « chanceux » de l’histoire. Ils ont un physique équilibré et un métabolisme flatteur qui leur permet de ne pas se surveiller sans prendre du poids.

Pour les mésomorphes, donc, l’enjeu sera essentiellement de se stabiliser, d’éviter de basculer du côté des endomorphes ou, plus rarement, du côté des ectomorphes (la tendance naturelle est en effet plutôt à aller vers l’endomorphisme).

À cet effet, trois solutions peuvent être mises en œuvre :

Les métabolismes endomorphes

Restent enfin les individus endomorphes, qui prennent facilement du poids et manquent de tonus et d’énergie. Par définition, ils rencontrent un décalage entre leur métabolisme et leurs apports énergétiques et peuvent rapidement entrer en obésité.

Depuis les années 1990, les chercheurs étudient l’impact d’une hormone spécifique, la leptine, dans les mécanismes de l’obésité (9).

En gros, lorsque les cellules contiennent trop de graisse, elles produisent de la leptine pour donner un signal au cerveau afin de stopper la prise alimentaire et le stockage de graisse.

S’il est indéniable que l’alimentation soit la cause première de l’obésité, il apparaît également qu’une alimentation riche en sucres et en gras provoque à terme une insensibilité des récepteurs de la leptine. Dès lors, il devient très difficile de sortir de l’obésité.

Par conséquent, les moyens à mettre en œuvre pour compenser un métabolisme endomorphe sont les suivants :

Références scientifiques

  1. SHELDON, William A. Atlas of men, a guide for somatotyping the adult male at all ages.
  2. MADDAN, Sean, WALKER, Jeffery T., et MILLER, J. Mitchell. Does size really matter?: A reexamination of sheldon's somatotypes and criminal behavior. The Social Science Journal, 2008, vol. 45, no 2, p. 330-344.
  3. VERTINSKY, Patricia. Embodying normalcy: Anthropometry and the long arm of William H. Sheldon's somatotyping project. Journal of Sport History, 2002, vol. 29, no 1, p. 95-133.
  4. CARTER, JE Lindsay, CARTER, JE Lindsay, et HEATH, Barbara Honeyman. Somatotyping: development and applications. Cambridge university press, 1990.
  5. BURKE, Louise M. Branched-chain amino acids (BCAAs) and athletic performance. International SportMed Journal, 2001, vol. 2, no 3, p. 1-7.
  6. PEETERS, G. M. E. E., VAN SCHOOR, N. M., VAN ROSSUM, E. F. C., et al.The relationship between cortisol, muscle mass and muscle strength in older persons and the role of genetic variations in the glucocorticoid receptor. Clinical endocrinology, 2008, vol. 69, no 4, p. 673-682.
  7. MORLEY, John E., ARGILES, Josep M., EVANS, William J., et al.Nutritional recommendations for the management of sarcopenia. Journal of the american Medical Directors association, 2010, vol. 11, no 6, p. 391-396.
  8. WHITE, C. Michael. A review of human studies assessing cannabidiol's (CBD) therapeutic actions and potential. The Journal of Clinical Pharmacology, 2019, vol. 59, no 7, p. 923-934.
  9. IZQUIERDO, Andrea G., CRUJEIRAS, Ana B., CASANUEVA, Felipe F., et al.Leptin, obesity, and leptin resistance: where are we 25 years later?. Nutrients, 2019, vol. 11, no 11, p. 2704.
  10. HENDERSON, Shonteh, MAGU, Bahrat, RASMUSSEN, Chris, et al.Effects of coleus forskohlii supplementation on body composition and hematological profiles in mildly overweight women. Journal of the International Society of Sports Nutrition, 2005, vol. 2, no 2, p. 1-9.
  11. POTHURAJU, Ramesh, SHARMA, Raj Kumar, CHAGALAMARRI, Jayasimha, et al.A systematic review of Gymnema sylvestre in obesity and diabetes management. Journal of the Science of Food and Agriculture, 2014, vol. 94, no 5, p. 834-840.
Vous avez aimé, partagez Pinterest

Commentaires

Vous devez être connecté à votre compte pour pouvoir laisser un commentaire.
Cet article n'a pas encore été commenté, soyez le premier à donner votre avis
Notre sélection d'articles
Cellules graisseuses (adipocytes) vues au microscope
Voilà ce que deviennent vos cellules graisseuses lorsque vous prenez du poids

Si vous êtes en surpoids ou si vous avez ce qu’on appelle un ventre bedonnant, vous êtes probablement victime d’une inflammation chronique du tissu adipeux. Parce que c’est un processus pathologique silencieux qui, tôt ou tard, finira par se manifester comme une bombe à retardement, vous feriez mieux de vous intéresser aux nouvelles découvertes et d’agir rapidement.

Eau de noix de coco
Boissons à la noix de coco : que valent-elles ?

Eau de coco, lait de coco, huile de coco : des adeptes du régime keto aux plus grandes stars hollywoodiennes, tous sont accros à la noix de coco ! Supersmart vous indique si ces produits sont bénéfiques ou non pour la santé.

Adepte de la chrononutrition
Chrononutrition : les 3 meilleures recettes à connaître

Connaissez-vous la chrononutrition, ce mode alimentaire plus adapté aux rythmes biologiques humains ? Voici 3 recettes clé en main pour une chrononutrition réussie.

Femme qui perd du poids
Phytothérapie pour perdre du poids : quelles plantes choisir ?

Comment perdre du poids grâce à la phytothérapie ? Découvrez les 7 plantes les plus efficaces pour brûler vos graisses et affiner votre silhouette.

Femme qui compte ses calories
Combien de calories doit-on manger et brûler par jour ?

Comment mincir et perdre du gras sans perdre de muscle (voire en prenant du muscle) ? On vous dit tout sur les quantités de calories à consommer et à brûler chaque jour.

Femme qui veut perdre des joues
Comment perdre des joues ? Techniques, aliments & compléments

Envie d'affiner vos joues et de redéfinir la forme de votre visage ? Voici 6 astuces naturelles efficaces pour perdre des joues.

Ces produits devraient vous intéresser

© 1997-2022 Fondation pour le Libre Choix. Tous droits de reproduction réservés
© 1997-2022 Fondation pour le Libre Choix. Tous droits de reproduction réservés
Nortonx
secure
Warning
ok